9e Art en Vienne a le plaisir de inviter a une nouvelle rencontre « Regards croisés » en cette fin d’année :

Le grand A – La grande distribution mange 195 jours de votre vie

Partant de l’histoire du plus grand hypermarché de France, Xavier Bétaucourt et Jean-Luc Loyer enquêtent dans « Le grand A » sur le fonctionnement de la grande distribution. En interrogeant les clients, les employés, la direction, les producteurs, les fournisseurs, mais aussi les élus et les petits commerçants, ils étudient l’impact des hypermarchés sur nos vies.
Les deux auteurs seront présents pour une rencontre autour de cet album, et débattront du sujet avec Jean-Paul Géhin, sociologue et président du festival « Filmer le travail ».

Cette rencontre se déroulera à l’amphithéâtre Bolivar de Sciences Po (49 place Charles de Gaulle, Poitiers) le mardi 6 décembre à partir de 19h. Xavier Bétaucourt et Jean-Luc Loyer seront également présents à partir de 15h à la librairie Bulles d’encre (63 Rue de la Cathédrale, Poitiers) pour une séance de dédicaces.

Infos pratiques :
Mardi 6 décembre 2016 – 19h
Sciences Po – Amphithéâtre Bolivar, 49 place Charles de Gaulle, 86000 Poitiers
Entrée libre et gratuite.

Séance de dédicace à partir de 15h
Librairie Bulles d’encre, 63 Rue de la Cathédrale, 86000 Poitiers

Dans le cadre de la résidence de création d’Anthony Rageul, à l’invitation du Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes, Neuvième Art en Vienne vous propose une rencontre autour de la bande dessinée numérique.

Depuis le milieu des années quatre-vingts dix, la bande dessinée numérique recouvre de nombreuses pratiques et prend diverses formes. Si aujourd’hui certains formats peuvent être identifiés comme des « standards », un déroulé historique permettra d’apprécier la diversité de la bande dessinée numérique. Dans un deuxième temps, Anthony Rageul reviendra sur sa pratique et présentera ses créations.

Cette rencontre aura lieu au Biblio café (71bis Rue de la Cathédrale, 86000 Poitiers), le mardi 22 novembre à partir de 20h.

Voici la sélection de 5 ouvrages que l’association vous propose de lire en ce mois de novembre.

Groupe de lectures

La sélection du mois a été faite par l’auteur Marie Deschamps, qui se joindra à nous pour la prochaine séance du groupe de lectures ! En conséquence, nous changeons nos habitudes, et nous réunirons le mercredi 07 décembre à 20h au Manhattan Café (26 Place Alphonse Lepetit, 86000 Poitiers).

L'abominable Charles Christopher

 
 

Abominable, vraiment ?

Mais quel est donc cet étrange animal que l’on aperçoit sur la couverture ?

Le long des planches, cette «créature» évolue dans un univers incroyable, dans lequel l’auteur fait preuve d’une imagination débordante. Tout sonne juste dans cette histoire où la nature et ses protagonistes revêtent de bien des façons des aspects humains. L’Homme, lui, est suggéré mais jamais dessiné. Les nombreux messages évoqués, au travers des bulles et du crayonné détaillé, nous parlent, nous font écho. Ils nous ramènent à notre propre existence. Miroirs en quelque sorte de notre vie à la fois triste, belle, drôle, tragique, sensible. Karl Kerschl sait faire preuve d’une grande richesse au niveau des émotions parfois en demi-teintes, et insuffle à L’Abominable Charles Christopher un parfait équilibre entre réalité et conte symbolique. On rit, et on en pleure aussi  tellement c’est beau !
D’abominable donc, on pourrait qualifier cette BD d’incroyable à suivre à travers la pérégrination de Charles où chaque passage s’ouvre sur une histoire, un microcosme.

Karl Kerschl, auteur canadien prolixe, travaillant depuis les années 1990 aux comics books, a reçu pour  L’abominable Charles Christopher, le prix Eisner de la meilleur bande dessinée en ligne. Eh oui ! Sa BD a tout d’abord reçu un franc succès en ligne avant d’être éditée en version anglaise puis française, et vous pouvez la découvrir (en VO) sur son site web : http://abominable.cc/

L’abominable Charles Christopher
Scénario et dessins : Karl Kerschl
Editions Lounak

Chronique écrite par Mélanie Massa et Mickaël P.

« Galet » est le parcours initiatique d’une petite fille. Elle discute avec l’Océan. Ensemble, ils s’enrichissent des moments poétiques du quotidien. Pourtant un jour, elle n’entendra plus la voix de l’Océan.

Neuvième Art en Vienne, soucieuse de défendre les auteurs nouveaux, a recréé l’univers poétique du livre à travers une exposition. Hybride dans sa forme, mélangeant illustré jeunesse et bande dessinée, « Galet » est un terrain de jeux idéal pour les artistes, plasticiens ou peintres. L’association réalise ici une scénographie « hors des cases » comme elle en a le secret, à base de mobiles, de tirages grands formats et de secrets…

L’exposition sera visible du vendredi 04 au jeudi 24 novembre 2016, au Café Cantine (24 place du marché à Gencay).
Un vernissage aura lieu le vendredi 04 novembre à 18h, et une lecture enrichie sera faite le samedi 05 septembre à 16h.

Batman - Le culte

 
 
Avec Batman – Le Culte, Urban Comics poursuit son œuvre de publication et de rééditions du catalogue DC Comics/Batman. C’est un quasi inédit qui nous est proposé, ici, puisque les quatre volumes du Culte avait été publiés, en France, entre 1988 et 1992 sous le titre Enfer blanc, et quasi oubliés depuis. Dans la chronologie esthétique et narrative de Batman, nous sommes à l’ère de la « ré-adultification » du personnage et de son univers. Nouvelle ère inaugurée par le Dark Knight de Frank Miller. 
 
Un nouveau personnage mystérieux arrive à Gotham City : le Diacre Blackfire. Son objectif est le même que celui de Batman, rétablir la justice, ses méthodes diffèrent. Pour combattre le crime, aussi bien dans la rue que dans les sphères politiques, il se constitue une armée de sans abri. Mais, plus qu’un justicier, Blackfire est un gourou dont la secte n’hésite pas à avoir recours au meurtre. Alter ego négatif de Batman/Bruce Wayne, il réussira à rallier ce dernier à sa cause… en le brisant. Nous avons donc affaire, ici, à un Batman affaibli physiquement et moralement ne devant son salut qu’à l’intervention de Robin (le second : Jason Todd). 
 
Graphiquement, la poursuite de l’esthétique du Dark Knight est complètement assumée. Si l’on retrouve encore les couleurs pop héritées des années soixante et soixante-dix c’est dans une utilisation criarde au service d’une esthétique grotesque, sale, et violente. Comme indiqué précédemment : nous avons clairement changé d’époque. 
 
Cas quasi unique dans le traitement de son héros, Le Culte est un livre poisseux qui déroute et déstabilise son lecteur et le met mal à l’aise. Même s’il ne fait pas partie des grands classiques de Batman (Un Long Halloween ; Amère Victoire), cette mini série méritait d’être sortie de l’oubli par une réédition : chose faite, désormais. 

Batman – Le culte

Scénario : Jim Starlin
Dessins : Bernie Wrightson
Editions Urban Comics

Chronique écrite par Thomas Regdosz

Voici la sélection de 5 ouvrages que l’association vous propose de lire en ce mois d’octobre.

Groupe de lectures

Rendez-vous le 02 novembre à 20h au Bibliocafé pour élire votre favori ! (Attention, pour cause de Toussaint, la réunion est décalée au mercredi)

Voici la sélection de 5 ouvrages que l’association vous propose de lire en ce mois de septembre.

Groupe de lectures

Rendez-vous le 04 octobre à 20h au Bibliocafé pour élire votre favori !

Homicide

 

Une année dans les rues de Baltimore

 
En 1988, David Simon, journaliste au « Baltimore Sun », passe un an en immersion au sein de la brigade criminelle, dans cette ville où 240 meurtres sont commis chaque année. Il en tirera un livre au plus proche du quotidien des policiers. Philippe Squarzoni nous propose ici le premier volume d’une adaptation qui nous fait immédiatement ressentir cette proximité.
 
« Homicide » n’est ni un polar, ni un documentaire : C’est une prise directe, crue et sans concession, avec la vie des policiers de l’époque. 
Depuis le chef d’équipe D’Addario, dit « l’ours », qui protège de la hiérarchie ses sergents tant qu’ils résolvent des affaires, jusqu’aux flics de rue, en passant par les inspecteurs, ce sont tous les maillons de la chaîne qui sont successivement présentés. On suit par exemple Jay Landsman, qui va vous apparaître comme une pourriture jusqu’à ce que la pression des enquêtes et des maccabées vous le rende sympathique. Ou Edgerton, que ses collègues n’aiment pas, car il travaille toujours en solo et qu’on le dit communiste, mais qu’on tolère parce qu’il arrive à résoudre des affaires qui semblaient pourtant insolubles. Car aux homicides, c’est le taux d’élucidation qui est le test ultime, matérialisé par un tableau couvert de noms d’affaires irrésolues, en rouge sous le nom de chaque sergent.
 
Le trait de Philippe Squarzoni est froid, presque clinique, tandis que les couleurs restent dans les tons sépia. Les jeux d’ombre et de lumière viennent compléter les scènes, parfois réhaussées d’une touche vive pour le jaune d’un bandeau de police, ou le rouge du sang. Ce traitement colle parfaitement au ton de l’oeuvre, et contribue à l’immersion.
 
N’espérez pas une bonne fin aux enquêtes : quel que soit le dénouement le boulot de flic ne s’arrête jamais. « Homicide » vous prend aux tripes, et rend passionnant cette facette du monde policier, sans grand spectacle mais avec un souffle de réalisme rare et précieux.

Homicide

Scénario et dessins : Philippe Squazoni, d’après David Simon
Editions Delcourt

Chronique écrite par Raphaël Robert Bouchard

9e Art en Vienne a le plaisir de vous annoncer sa première rencontre « Regards croisés » de la saison :

Envol Espagnol – Parcours filmés et dessinés dans l’Espagne du XXème siecle

Dans les albums « L’art de voler » et « L’aile brisée », l’espagnol Antonio Altarriba retrace la vie de son père, puis de sa mère, dans un pays en pleine mutation. L’auteur sera présent pour une rencontre « Regards croisés » autour de ces oeuvres, où il débattra avec Anna Howell, spécialiste de la BD biographique et historique.
La rencontre sera précédée d’une projection du film de Victor Erice « L’esprit de la ruche » (1973), en version restaurée.

Cette rencontre se déroulera au Cinéma Le Dietrich (34 Boulevard Chasseigne, Poitiers) le mardi 27 septembre 2016 à partir de 20h. Antonio Altarriba sera également présent dans l’après-midi à la librairie Bulles d’encre (63 Rue de la Cathédrale, Poitiers) pour une séance de dédicaces.

Infos pratiques :
Mardi 27 septembre 2016
Cinéma Le Dietrich, 34 Boulevard Chasseigne, 86000 Poitiers

20h – Accueil du public
20h30 – Projection du film « L’esprit de la ruche »
22h15 – Débat

Tarif unique : 5,50€
Adhérent Dietrich / 9ème Art en Vienne / Bourse spectacle : 3€