Voici la sélection des 10 ouvrages que l’association vous propose de lire cet été !

Groupe de lectures

Rendez-vous le 06 septembre à 20h au Bibliocafé pour élire votre favori !

L'odeur des garçons affamés

Allons prendre un peu l’air dans le grand ouest américain et plus exactement au Texas en 1872. Nous y retrouvons une petite équipe chargée de cartographier, recenser et photographier ce territoire sauvage. Cette expédition est dirigée par Stingley, un ingénieur bourru et à l’idéologie douteuse, celui-ci est accompagné d’Oscar Frost, photographe irlandais spécialiste du cliché spirite, et de Milton, garçon de ferme moins naïf qu’il n’y paraît. Alors que ces deux derniers protagonistes se retrouvent ici afin d’échapper à leur passé, une relation ambiguë va se nouer entre eux. Mais dans ces contrées hostiles, le danger est présent partout : effectivement, un inquiétant chasseur de primes et indien mystique rôdent dans les parages.

Oui, vous ne pouvez pas vous tromper vous êtes en présence d’un western avec tous les codes inhérents à ce genre (grands espaces, indiens, cow-boys, chevaux sauvages…) mais cela n’est que le cadre d’un scénario surprenant et inattendu aux marges fantastiques voir mystiques. La scénariste Loo Hui PHANG parvient à mêler avec brio et sensibilité des thèmes forts d’actualité tels que la question du genre et de la sexualité, la tolérance et le racisme. Quant au dessin de Frederik PEETERS, il est précis et efficace aussi bien pour donner vie à des personnages complexes et ayant chacun ayant leur part d’ombre que pour nous livrer de sublimes cases immersives ou contemplatives. La couleur est sans défaut, qu’elle soit d’un bleu profond pour les scènes nocturnes, ou dans les teintes rouges/jaunes pour les jours, retranscrivant ainsi la chaleur du désert.

D’une grande fluidité, L’Odeur des Garçons Affamés est une bande dessinée d’une grande profondeur psychologique qui se lit, se contemple et vous laissera bien pensif…

L’odeur des garçons affamés

Scénario : Loo Hui Phang
Dessin : Frédérik Peeters
Editions Casterman

Chronique écrite par Julie Guimbelet

Voici la sélection de 5 ouvrages que l’association vous propose de lire en ce mois de juin.

Groupe de lectures

Rendez-vous le 05 juillet à 20h au Bibliocafé pour élire votre favori !

Mickey's Crazyest Adventures

Au hasard d’un vide grenier, Lewis Trondheim et Nicolas Kéramidas ont eu la chance inouïe de mettre la main sur d’anciens numéros d’un magazine de 1965, contenant une histoire inédite de Mickey ! Conscients d’avoir trouvé là un trésor incroyable, ils se sont empressés de restaurer et de traduire ces planches, pour permettre au public de redécouvrir cette œuvre oubliée…
L’histoire des magazines perdus est belle, et plusieurs journalistes ont cru au miracle, mais ne nous y trompons pas, il s’agit bel et bien là d’un album original. Les éditions Glénat ont obtenu de Disney l’autorisation d’utiliser leurs personnages, et ont donc confié à plusieurs auteurs la réalisation d’une série d’albums. Après Cosey et sa « Mystérieuse mélodie » qui raconte la rencontre entre Mickey et Minnie, et avant Loisel ou Tébo dont les albums sont prévus pour cette année, le duo Trondheim/Kéramidas a donc le plaisir de mettre en scène ces personnages mythiques.

Au scénario, on retrouve la patte et l’humour de Lewis Trondheim, qui joue habilement avec l’astuce des vrais/faux magazines perdus : certains numéros ayant disparu, il manque donc des épisodes, et la liberté est donc laissée au lecteur de compléter lui même les trous entre les différentes planches. Ces ellipses permettent aux gags de s’enchaîner sur un rythme effréné, et Mickey et Donald passent donc à toute vitesse de Mickeyville à la jungle et aux temples Aztèques, en passant même par la lune.
Nicolas Kéramidas, qui avait travaillé dans le dessin animé chez Disney dans les années 1990, réussit quant à lui à avoir un style à la fois personnel et respectueux de l’original. Son graphisme très dynamique convient parfaitement à l’histoire pleine de rebondissements.

Le post-traitement des planches pour leur donner un aspect « vieilli » ajoute à l’originalité de ce très bel album, qui séduira aussi bien les fans de Disney que les amateurs d’humour et d’aventure.

Mickey’s Craziest Adventures

Scénario : Lewis Trondheim
Dessin : Nicolas Kéramidas
Editions Glénat

Chronique écrite par Paul Ferret

L'apocalypse selon Magda

L’Apocalypse selon Magda raconte l’histoire d’une jeune fille de 13 ans qui apprend que la fin du monde est annoncée : dans un an, l’humanité va disparaître. Elle montre alors une furieuse envie de vivre intensément cette ultime année dans ce monde d’adultes dépassés par les événements. Le lecteur va la suivre, elle et son entourage pendant cette année durant laquelle leur univers s’effondre. Chloé Vollmer-Lo va plus loin en dévoilant dès le début de la bande dessinée que cette apocalypse n’aura finalement pas lieu. Le récit revient sur cette année où les Hommes pensent que c’est leur dernière année à vivre. Le récit prend une tournure de thriller avec une tension allant crescendo au rythme de l’année. L’héroïne est placée dans un cadre familial dans une petite ville, un cadre réaliste dans lequel on peut facilement s’identifier ou reconnaître un univers proche du notre. Elle traite le passage de l’adolescence à l’âge adulte qui est ici vu de manière forcée et accélérée. Balayant un large éventail de personnages aux réactions crédibles, elle permet à chacun de se demander comment nous réagirons si une telle situation arrivait.

Cette histoire a plu, plus ou moins à tous les membres du groupe. Certains ont adoré, d’autres y ont vu moins d’intérêt. Le dessin, réalisé par Carole Maurel, remporta l’adhésion du groupe. Le graphisme a beaucoup plu malgré le côté un peu verdâtre, des couleurs glauques. Un choix adapté à la narration apocalyptique. Les couleurs évoluent au cours des saisons. Cependant, cette bande dessinée ne fit pas l’unanimité, l’histoire d’une adolescente peut ne pas intéresser tout le monde, même si les auteurs ont réussi à créer un album qui s’adresse aussi aux adultes. On s’est même interrogé sur le public ciblé, notamment avec la fin, est-ce vraiment à destination des adolescents ? On peut penser que oui puisque cela reste assez soft, si aujourd’hui une situation d’apocalypse comme celle-là se déclenchait il y aurait probablement plus de violences. Mais l’histoire peut tout à fait plaire aux adultes, comme elle nous a plu car elle aborde des questions profondes comme comment utiliser son temps si on n’en a plus beaucoup ? Quels choix ferons nous ? L’élément qui divisa le groupe et qui suscita le plus de discussions, c’est la fin. Bien que dévoilée en partie dès le début de l’histoire et sur la quatrième de couverture, les deux auteurs ont fait un choix à la fin de l’album qui divisa le groupe. Je ne vous le révèlerai pas. Certains ont pensé que c’était la suite logique, que les auteurs avaient construit des personnages, en particulier celui de Magda, et la fin n’était en somme que la continuité de ce qui a été amorcé dans l’ouvrage. D’autres auraient préféré une fin ouverte ou une autre fin et ont vu dans cette fin une trahison des valeurs de Magda et de ce qui la définit.

On a donc deux jeunes auteures qui sont encore au début de leur carrière et qui nous montrent un album original qui donne envie de suivre leur future carrière. Certains d’entre nous auraient même pu avoir envie de lire une autre histoire sur le même thème. C’est-à-dire de reprendre l’idée de départ, on apprend que la fin du monde aura lieu dans un an, et de suivre un autre personnage. Suivre par exemple des scientifiques qui voudraient essayer de l’empêcher, de construire quelque chose pour nous sauver ou simplement une partie d’entre nous. Ou d’autres une histoire plus pour adultes, avec un climat apocalyptique plus important, moins soft, avec plus de violences. Mais ce n’est pas au programme et dans tous les cas, on attend leur prochaine collaboration.

L’apocalypse selon Magda

Scénario : Chloé Vollmer-Lo
Dessin : Carole Maurel
Éditions Delcourt

Chronique écrite par Adeline Bastien

Voici la sélection de 5 ouvrages que l’association vous propose de lire en ce mois de mai.

Groupe de lectures

Rendez-vous le 07 juin à 20h au Bibliocafé pour élire votre favori !

Jupiter's Legacy

Depuis des décennies, l’oncle Ben de Spiderman nous serine qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Mais que se passe t-il si ceux qui ont des superpouvoirs ne s’accordent pas sur les responsabilités que cela entraine ?
À la suite d’une mystérieuse découverte sur une île dans les années 30, un groupe de personnes se retrouve doté de superpouvoirs. Leur job sera simple : faire le bien de la communauté en combattant le crime. En 2013, ces héros ont vieilli et le monde a changé. Leurs enfants ont eux aussi des pouvoirs mais ne veulent pas jouer aux héros en costume. Et nombreux sont ceux qui, comme eux, pensent qu’être un héros c’est autre chose…
Le scénariste Mark Millar, connu entre autres pour Kick Ass, Kingsman, ou Civil War (dont l’adaptation au cinéma est en salles actuellement), pose ici un regard « réaliste » sur les réactions humaines que les héros et leur entourage peuvent avoir. Oui, se balader en costume moulant c’est ridicule ; et la place du super-héros dans la société ne se résume pas ici à la simple question de l’identité secrète mais prend une toute autre ampleur.
Les dessins de Frank Quitely, puissants et efficaces, raviront les amateurs de comics moderne. L’ensemble est lissé avec des couleurs pastelles parfois surprenantes, mais l’action est toujours claire que ce soit dans les moments intenses comme ceux plus réflexifs.
Le du fin mot de l’intrigue sera dévoilé dans un tome deux. Et pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur cet univers de super-héros à la fois classique et atypique, une préquelle est déjà écrite (Jupiter’s Circle) et un film serait en cours de production…

Jupiter’s Legacy
Scénario : Mark Millar
Dessin : Frank Quitely
Editions Panini Comics

Chronique écrite par Raphaël Robert-Bouchard

Voici la sélection de 5 ouvrages que l’association vous propose de lire en ce mois d’avril.

Groupe de lectures

Rendez-vous le 03 mai à 20h au Bibliocafé pour élire votre favori !

Underwater

En pleine canicule et alors que les restrictions d’eau sont très importantes, Chinami, une jeune japonaise, s’évanouit lors d’un entrainement de sport. À son réveil, elle se retrouve seule sur la berge d’une rivière aux eaux cristallines. Autour d’elle un village paisible où seuls vivent encore un vieil homme et un petit garçon. Ce lieu mystérieux et magique, qui lui semble familier, va petit à petit lui révéler ses secrets.
Ce manga de Yuki Urushibara est tout d’abord un bel objet : le format est assez grand, et la splendide couverture, faite de reliefs et d’aquarelles aux couleurs froides et douces, invite immédiatement à la lecture. Le dessin est très doux, les premières pages colorées en aquarelle en mettent plein la vue et nous posent directement en état de contemplation. Après les cinq premières pages couleur, le reste de l’œuvre est en noir et blanc. On peut y admirer beaucoup de paysages, charmants et zen, dessinés avec énormément de détails, qui rendent l’œuvre facilement immersive.
L’histoire est tendre, au bord du fantastique, et peut rappeler les ambiances du film « Le voyage de Chihiro » entre la réalité et l’imaginaire (mais sans les esprits monstrueux). Elle se conclura dans un second tome dont la sortie est prévue pour juin, et qui en dévoilera sans doute un peu plus sur ce mystérieux village.

Underwater – Le village immergé
Scénario et dessin : Yuki Urushibara
Editions Ki-oon

Chronique écrite par Lisa Marteau

Voici la sélection de 5 ouvrages que l’association vous propose de lire en ce mois de mars.

Groupe de lectures

Rendez-vous le 05 avril à 20h au Bibliocafé pour élire votre favori !

Switch to our mobile site