Archive pour décembre 2016

Monsieur désire ?

 
 

Depuis quelques siècles, les rapports entre un riche maître et une domestique n’ont cessé de faire l’objet de fictions que ce soit dans les romans, au théâtre ou au cinéma. La dessinatrice Virginie Augustin et le scénariste Hubert reprennent donc avec leur album Monsieur Désire ?, ce poncif de la fiction.

Cette histoire nous plonge dans l’Angleterre victorienne au milieu du XIXe siècle. Au sein d’une riche demeure aristocratique de Londres, Edouard, un jeune lord libertin, consacre la plupart de son temps à ses sorties nocturnes et nombreuses conquêtes. Il est jeune, riche, beau, et sa famille appartient à la vieille noblesse liée à la jeune reine Victoria. Cynique et méprisant, son entourage n’est régi que par des relations impliquant sa fortune et son titre. Pour vaincre l’ennui d’une existence oisive, il se livre à toutes les débauches jusqu’à ce qu’il trouve en la personne de Lisbeth, l’une des domestiques qui entre à son service, une confidente. Cette servante plutôt discrète se montre moins docile et impressionnable, en restant impassible à toutes ses fantaisies. Ce jeune dandy va aller à l’encontre des codes établis en la choisissant comme témoin privilégié de ses frasques, ce qui ne tarde à attirer sur elle toutes les jalousies de la maison. En dépit de leurs appartenances sociales éloignées, nait entre les deux personnages une étrange complicité, entre fascination, dégoût et sincère compassion. Cette confrontation fascinante de deux êtres que tout oppose : l’un est aristocrate, l’autre de la classe ouvrière, l’un est extraverti, l’autre introverti, l’un est beau, l’autre pas, repose sur la présentation d’une société fermée, où riches et pau­vres sont chacun à leur place. Depuis l’époque victorienne, la société a bien évolué avec l’idée de l’égalité des chances et de la réussite par le travail. Mais, les injustices liées à la naissance et à l’argent demeurent ce qui donne à cette histoire une curieuse résonance avec le monde actuel.

Avec Monsieur désire ?, Hubert signe un ouvrage aux dialogues remarquables qui nous entraine, de page en page, à découvrir les rapports dominant-dominé entre les deux personnages principaux qui changent subtilement d’équilibre. Il nous immerge dans un monde où les nombreux non-dits sont basés sur l’hypocrisie, où tout n’est qu’apparence, même le vice et la vertu. Hubert complète cet album par un riche dossier historique, en fin d’ouvrage, qui revient précisément sur le contexte de l’époque dans laquelle est replacée cette histoire. Nous pouvons simplement regretter que Virginie Augustin n’ait, dans cet album, pas été à la hauteur de son immense talent et que la qualité des dessins soit en deçà de ce qu’elle a pu montrer dans Whaligoë, même si elle nous livre, encore une fois, un bel objet.

Monsieur désire ?
Scénario : Hubert
Dessins : Virginie Augustin
Editions Glénat

Chronique écrite par Adeline Bastien