Un faux boulot

C’est une chronique douce-amère sur le monde du handicap que nous offre Le Cil Vert. Ancien animateur dans des séjours de vacances pour personnes handicapées, il met en scène le personnage de Jean, son alter-ego, dans un album autobiographique fait de tranches de vies observées avec un regard acéré et dessinées avec beaucoup de tendresse et d’humour. Les situations et les personnages sont dépeints par petites touches, on vole d’une scène à l’autre et on aimerait connaître plus ces personnes qui se sont un jour réfugiés dans la folie pour fuir une réalité trop cruelle.
C’est un album plein d’humanité, la galerie de personnages est aussi diverse qu’attachante. Les personnes dites « normales » n’ont pas forcément le beau rôle, avec notamment cet éducateur spécialisé antipathique, qui parle avec mépris des personnes handicapées qu’il a côtoyées et qui ne s’occupe de rien.
Les récits de séjours sont entrecoupés de scènes avec la mère de Jean, qui le supplie de trouver un « vrai » travail. En effet, elle ne considère pas que ces séjours soient une activité viable. On assiste aussi aux soudaines crises d’angoisses de Jean, mais il semble que la fréquentation des personnes handicapées l’ait sauvé, comme il le dit lui-même.
Le dessin, de style « gros nez », colle parfaitement au propos d’une bande dessinée humoristique. L’ensemble donne l’impression générale d’être en noir et blanc, mais chaque chapitre est coloré dans un teinte dominante, ce qui permet de bien séparer les différentes parties de l’histoire.
Le Cil Vert réussit donc avec talent à traiter un sujet délicat en gardant un ton juste, et on sent la réalité des situations derrière chaque anecdote.

« Un faux boulot »
Scénario & dessin : Le Cil Vert
Éditions Delcourt

Chronique écrite par Sylvain Rochat

Les commentaires sont fermés.