Souvenirs d'Emanon
 

Sur la superbe couverture de cet album, on découvre Emanon, une jeune fille qui a la particularité de porter toute la mémoire du monde depuis qu’il y a la vie sur Terre. Lors d’un voyage en bateau entre les îles du Japon, elle rencontre un jeune garçon, et tous deux discutent et tentent de trouver un sens à sa mémoire. Ils échangent leurs théories qui voyagent entre la philosophie et la mythologie. Ainsi, le lecteur se laisse emporter par ce double voyage, au sens propre et au figuré.
La narration est très fluide, avec un bon équilibre entre les pauses et l’action, alternant les moments contemplatifs sans texte et les dialogues complexes et pleins de références. Si on voit les indices d’une histoire d’amour, celle-ci n’arrive jamais à commencer – du moins dans le sens que nous, mortels avec une mémoire circonscrite à quelques années, l’entendons. Comme dit Emanon : « Quand on a l’éternité, il n’y a pas de différence entre dix années ou quelques heures ».
L’auteur ne nous livre pas de conclusion qui explique tout, mais nous laisse avec la certitude d’une perpétuelle continuation (de mère à fille ad infinitum) qui nous laisse dans l’interrogation.

Souvenirs d’Emanon
Scénario et dessin : Kenji Tsuruta
Editions Ki-Oon – 172 pages

Chronique écrite par Ricardo Cabrita

 
 

Les commentaires sont fermés.